Historique du club

De wiki.lexcel.be

Version du 9 mai 2014 à 09:36 par Thorgal (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Royal Excelsior Virton
Logo
Club fondé en 1922
Numéro de matricule 200
Président Philippe Emond
Couleurs maillot vert et blanc, short blanc, bas vert et blanc
Stade Stade Yvan Georges
(3877 places)
Siège Faubourg d'Arival
6760 Virton
Tel.: (+32)(0)63 57 82 37
Forme juridique A.S.B.L.
Budget 700 000 euros
Site officiel excelsior-virton.be

Le Royal Excelsior Virton, fondé en 1922, est un des clubs phare de la Province de Luxembourg.

Sommaire

Histoire

Naissance du club

A l'origine, le club est une prolongation du Football Club Saint-Laurent Virton (Catholique), fondé vers 1913-1914, alors rival de l'Union Sportive Virtonaise (Libérale), fondée vers 1913-1914.

L'Union Sportive Virtonaise portait un maillot Bleu et Blanc tandis que l'Union Saint-Laurent portait des maillots rayés verts et blancs ; l'Excelsior lui opta pour le maillot vert à parements blancs, le short blanc et les bas noirs à bords vert et blanc. Plus tard, les bas de couleur firent leur apparition, ils furent d'abord verts et ensuite rouges pendant plusieurs années. La guerre 14/18 mit fin à l'organisation des matches mais ne ralentit pas l'ardeur de ces premiers footballeurs.

Après la guerre 14-18, le F.C. ST-Laurent allait devenir l'Excelsior F.C.Virton. L'Union Sportive, de son côté, fut champion de la province et gagna la coupe du Luxembourg. L'Union aurait donc dû en toute logique accéder à la promotion après un tour final, mais les longs déplacements effrayèrent les dirigeants qui décidèrent de ne pas accéder à l'échelon supérieur.

Fondé en 1920, l'Excelsior ne fut officiellement affilié à l'Union Belge de Football qu'en 1922 en débutant et reçut son numéro de matricule 200.

En 1924, l'Excelsior remporte la coupe des Ardennes.

En 1925, une agression sur un arbitre entraîna les foudres de la fédération et l'Union fut démembrée. Les meilleurs joueurs rejoignaient les rangs de l'Excelsior. C'était la fin d'une époque et, en réalité le vrai départ du football Virtonnais. Aménagement des terrains de l'Excelsior Football Club Virton. Son premier terrain était situé « au Bosquet » dans une prairie du collège Saint Joseph. Les meilleurs joueurs de l'Union rejoignirent également les rangs de l'Excelsior : Armand Petit, Hector Poncelet Raymond Godard, Louis Blaise, Tom Kuborn et quelques autres.

Il vint ensuite s'installer au « Pré Jacquet » qui était à l'époque un fond marécageux. Le Pré Jacquet fut donc surélevé et drainé. C'est par tombereaux que les terres de remblai furent amenés principalement de la rue de la Croix-le-Maire, des wagonnets Decauville les répartissaient sur toute la surface. Tous les frais de la mise en état ainsi que ceux de la construction des premiers vestiaires en planches furent supportés par Albert Iserentant, Président Fondateur.

Avant la Seconde Guerre mondiale, trois clubs dominaient le football provincial luxembourgeois : la Jeunesse Arlonaise, la Jeunesse d'Athus et l'Excelsior de Virton. Des trois, Arlon était le plus fort et il revint rarement en divisions provinciales. Athus et Virton alternaient aux places d'honneur. Vinrent cependant s'intercaler dans ce carrousel promotionnaire de Virton, Saint-Louis Marche, Saint-Louis Bouillon, Saint-Louis Athus et Saint-Georges Arlon qui ne monta pas parce que la guerre survint. Les derbys entre les trois grands constituaient des attractions car ils ne se représentaient pas souvent. Les affrontements étaient aussi spectaculaires autour que sur le terrain.

En 1927, l'Excelsior remporte le championnat de Provinciale, après un match de barrage joué à Arlon contre Athus et gagné par 5-1. Le club accède pour la première fois à la Promotion. Puis l'Excelsior connut des heures difficiles avec des montées et descentes de Provinciale en Nationale.

En 1932, champion de série et retour en promotion mais pour une saison seulement. Le maintient était quasi assuré en fin de championnat mais lors du dernier match les verts furent battu à Farcienne par un goal d'écart après une partie très dure. Il manqua 1 point à l'Excelsior qui bascula en provinciale. On raconte que le club qui serait descendu si les verts avaient gagné aurait offert une prime aux joueurs locaux pour avoir gagné le match.

En 1935, de nouveau promotionnaire avec 46 points. En 1949, vainqueur de la Coupe de la Province.

Lors de la saison 1958-1959, l'Excelsior se renforce avec plusieurs joueurs du White Star (Kilemoes, Charlier, Dimanche et Bulcke) ainsi que l'Unioniste Coel qui rejoignent Meert et De Kempeneer. Malheureusement, Virton échoue à un point derrière Athus en première provinciale.

La période congolaise et espagnole

En 1960, ce fut le grand chelem, l'Excelsior renaquit des ses cendres, le titre était enlevé après une saison sans défaite, 56 points sur 60, un "goal-average" de 126-16 (26 victoires et 4 nuls) et 17 matches sans concéder de but. Le dauphin de l'Excelsior, Bastogne, avait 11 points de retard à la fin du championnat.

La saison 59-60 qui vient de se terminer n'est pas une fin en soi, il faut poursuivre l'effort, c'est-à-dire songer à de nouveaux renforts pour combler les vides. Roger Braibant, ancien joueur de Virton, entraîneur du Katanga (Congo) et préfet à l'Athénée de Katuba (Elisabethville) qui avait envoyé Kabole la saison précédente, fit venir une pléiade de joueurs congolais : Konkwe, Baya, Kanionga, Tambwe, Tumba et Katamba. Ces joueurs venaient comme étudiants, certains poursuivirent leurs études universitaires, certains épousèrent des gaumaises (Kabole et Baya) et d'autres retournèrent au Congo devenu indépendant (Tambwe, Tumba et Katamba). L'Excelsior, en échange des services de ces joueurs africains, leur permettait de se faire une situation. Le club payait les études, la pension et l'entretien de ces joueurs.

En 1963, Konkwe, le joueur congolais le plus talentueux fut vendu à Anderlecht pour la somme rondelette de 800 000 francs belges.

Succédant et se mêlant à ces différentes périodes (joueurs bruxellois et katangais), ce fut la période espagnole. En effet, à un moment donné, quatre joueurs et un entraîneur étaient d'origine espagnole. L'entraîneur Tonio Caballero arriva avec son fils José Caballero, excellent gardien mais de caractère difficile. Miguel Masvidal rejoignit Jorge Cayuela. Ils arrivèrent tous les 2 de Madrid. Le neveu de l'entraîneur Caballero, José Roth, arriva lui aussi de Madrid où il évoluait comme junior au Réal de Madrid. Ces éléments espagnols arrivèrent suite au recrutement de José Collignon.

Durant ces années promotionnaires (1960-1970), Léonce Dimanche, l'entraîneur de l'époque, pu bénéficier de l'apport de joueurs espagnols, français, congolais, algériens et même un Russe, qui faisait ses études à Mons. Ces achats (inconsidérés ?), additionnés aux frais de gestion du club, aux primes de matches et aux frais de déplacement , déséquilibrèrent de plus en plus le budget.

Retour en Première Provinciale puis montée en Promotion

En 1971, commencèrent 5 ans de régression, l'équipe se retrouva en 1ere Provinciale et connut beaucoup de difficultés pour ne pas tomber plus bas.

En 1975, petit à petit allait se constituer une équipe qui ouvrira à nouveau à l'Excelsior les portes de la Promotion. La cuvée 1975 remporte la Coupe devant la Jeunesse Arlonaise et un nouveau titre de Champion.

De 1976 à 1982, six nouvelles années en Promotion. En 1983, l'équipe termine 8ème avec 29 points.

En 1984 toujours en Promotion, l'Excelsior en pleine restructuration avec Pierrot FRIOB va connaître des hauts et des bas pour terminer la saison avec 27 points et occuper la huitième place.

En 1985, l'équipe se stabilise. Le championnat se déroulera sans histoire, Virton n'étant battu que deux fois à domicile; les supporters sont conquis et l'Excelsior termine 9ème avec 30 points.

La montée en Division 3

En 1986, le club accède pour la première fois en Division III Nationale avec 41 points et remporte également la Coupe de la Province.

Après Arlon et Bastogne, le Luxembourg a à nouveau un club en Division III Nationale. Tout le monde souhaite bonne chance à Virton, la troisième Division Nationale, c'est évidemment un formidable cadeau pour les Virtonais, mais ce n'est pas un cadeau empoisonné pour l'Excelsior qui reste un club aux moyens modestes où il n'est pas question de se lancer dans les dépenses de luxe.

Qu'à cela ne tienne, la Coupe de Belgique s'annonce bien. Le F.C. Liège dû cravacher ferme pour se qualifier à Virton 0-2 dans les prolongations.

En 1987, l'Excelsior termine 12ème de DIII avec 26 points.

En 1988, 14ème de DIII avec 25 points.

En 1989, l'Excelsior commence un virage de vérité, la réalité de Division III , 16ème avec 17 points entraînant le retour en promotion.

En 1990, place au réalisme, cette fois encore l'Excelsior peut endiguer les fuites, car la marmite est sous pression et l'équipe terminera 13ème avec 24 points, juste à la limite du maintien.

En 1991, l'année précédente a servi de leçon, les dirigeants et l'entraîneur monsieur SCHODACOVSKY, vont assurer une bonne équipe. Cette année l'Excelsior terminera 6ème avec 32 points.

En 1992, l'histoire se répète, l'Excelsior connaît des moments difficiles avec ses joueurs. L'histoire se termine mal, à la 14ème place avec 25 points l'Excelsior bascule en 1ère Provinciale pour rejoindre la Jeunesse Arlonaise et le Sporting Athus.

En 1993, les bons derbys font revivre l'Excelsior et le club se refait une santé. Cette situation n'est pas le fruit du hasard car l'équipe est championne et fait son retour immédiat en Promotion avec 52 points sur 60.

En 1994, l'équipe prend forme et de l'assurance, le championnat est animé par de nouvelles règles de montée, chaque dizaine de matches détermine un vainqueur de tranche. Ce qui donne à chaque vainqueur une possibilité de se rencontrer une nouvelle fois en fin de championnat pour gratifier le finaliste champion par une montée à l'étage supérieur. L'Excelsior se classera 4ème de Promotion D avec 35 points et participera au tour final pour la montée en Division III. Nous battons Eupen au 1er tour (0-1), mais serons éliminé au 2ème tour par le Racing Jette (5-0).

Seconde montée en Division 3

En 1995, sous la direction de Rachid BELHOUT, diplômé également de l'U.R.B.S.F.A. Virton exulte, l'Excelsior est champion de Promotion D. C'est le retour en Division III et la fierté de toute la province du Luxembourg et de la Gaume en particulier. Le Gouverneur, Jacques PLANCHARD, Virtonais de cœur, recevra avec le Député ANDRE tout le staff et joueurs Virtonnais au Palais Provincial à Arlon. Quelques jours plus tard se sera le Bourgmestre Pierre SCHARFF qui accueillera joueurs, entraîneurs et dirigeants à la Mairie Virtonaise.

En 1996, nouvelle loi du jeu, 1 victoire donne 3 points, un match nul 1 point. La préparation, les jours et les mois reviennent vite, mais il faut toujours renouveler, innover. Ce retour en Division Nationale pèse, il faut trouver de nouvelles ressources et de nouveaux moyens. Rachid BELHOUT parvient à maintenir l'Excelsior en Division III mais il faudra attendre le dernier match pour assurer le maintien.

En 1997, pour Virton, l'alarme est ressentie, la Division III est très difficile, l'Excelsior n'est pas redescendu, parfois non sans mal mais tout de même si Virton évolue en Troisième Nationale tout n'est pas encore parfait mais cela ne peut aller qu'en s'améliorant. Malheureusement ou heureusement l'éloignement de Virton des autres provinces va obliger l'Excelsior à se tourner vers la France, où on apprend que Michel LEFLOCHMOAN entraîneur professionnel à Sedan pourrait se rendre libre pour l'Excelsior. Les démarches sont faites et un accord est pris avec M. LEFLOCHMOAN et le président José ALLARD, l'Excelsior respire. La saison se prépare bien et Michel LEFLOCHMOAN de déclarer : «  Je ne cache pas que j'ai éprouvé grand plaisir à retrouver la pelouse et le vrai contact avec ces joueurs…il y avait un manque évident qui est aujourd'hui comblé, et j'en suis le premier heureux  ». L'Excelsior se classe 8ème avec 41 points, vainqueur de la Coupe de la Province contre le Lorrain d'Arlon et Soulier d'Or de la Province pour Arnaud ANDRE, sacré meilleur buteur de Division III A (21 buts).

En 1998, le maintien sans stress, l'Excelsior fête son 75ème anniversaire. 7ème avec 42 points et comme buteurs principaux RODRIGUEZ (12) et ANDRE (10). Dans le cadre de son 75ème anniversaire, Virton reçoit l'Excelsior Mouscron pour un match de gala le 22 mai 1998.

En 1999, départ de notre « Tour Défensive » Jean-Marie BRUNINX, retraite de notre buteur Arnaud ANDRE et arrivée d'Henri BALENGA pour le remplacer. Un championnat sans problème. L'Excelsior se classe à nouveau 7ème avec 46 points et remporte la coupe de la Province.

En 2000, c'est le départ de toute la ligne d'attaque vers les clubs du Grand Duché du Luxembourg, plus rémunérateurs, et le club recrute dans les Divisions Provinciales. La 2ème tranche échappe de peu à Virton mais l'Excelsior termine 8ème avec 38 points. 11 buts pour Stéphane MARTINE et 8 pour Roland SABOGA. Vainqueur de la Coupe de la Province contre la Jeunesse Arlonaise et Soulier d'Or pour Abdelatif ELABAR.

La montée en Division 2

En 2001 s'achèveront 6 années consécutives en Division 3 nationale et 9 années au total. Une 7ème année consécutive est en bonne voie. L'équipe tourne bien. L'Excelsior reste le porte-drapeau de la Province et, à l'aube de ce nouveau millénaire, l'Excelsior réussit l'exploit. Il devient le premier club de la province du Luxembourg à accéder à la Division II Nationale.

En 2002, après un départ pénible avec 2 défaites consécutives, l'Excelsior gagne son premier match en D2 à domicile contre le RFC Liège et prend 13 points sur 18. Puis commence une période de «  vache maigre  » sans victoire pendant 19 rencontres. Ensuite l'éclair dans la grisaille suite à la victoire à Malines et 17 points sur 21. L'Excelsior termine 11ème avec 39 points.

En Coupe de Belgique, l'Excelsior Virton écrit une page de son histoire en accédant aux 16èmes de finales contre le Racing Club de Genk. Au Fénix Stadion de Genk, les champions de Belgique en titre d'alors se sont imposés face à des Virtonnais qui auront pourtant tenu la dragée haute dans cette rencontre. Encouragés tout au long de la partie par près 2200 supporters, les Gaumais feront même douter les Limbourgeois le temps d'une période.

En 2003, Virton est désormais entraîné par Michel Renquin et termina 6e de la Division 2 avec 51 points.

En 2004, suite au départ surprise de Michel Renquin en début de saison, Jean Thissen, ex-international et ex-joueur du Standard de Liège, prend la direction de l'équipe. Prônant un jeu défensif s'adaptant au jeu de l'adversaire, Thissen réalisera une 1ere moitié de championnat satisfaisante mais victime d'une 2eme moitié de championnat catastrophique, Virton enregistre une baisse d'asssistance à domicile. Avec 54 buts encaissés, la défense virtonaise présente le plus mauvais bilan de ses quatre années en D2 (41 en 2002, 43 en 2003, 33 en 2004). Son attaque (43) fait mieux qu'en 2003 (37) et 2004 mais moins bien qu'en 2002 (47). En fin de saison, le buteur Manu Coquelet est transféré en division 1 à Roulers.

En 2005, le contrat de Jean Thissen n'est pas renouvelé et c'est Olivier Brochard qui provient du club français de Tours qui le remplace. La saison s'annonce difficile vu les départs de Manu Coquelet et Mika Wiggers. L'Excelsior se sauve de justesse en terminant 14ème. L'attaque est une des plus faibles du championnat (27) tandis que la défense reste égale à elle-même (39). Le championnat est quelque peu contrarié par la mise en liquidation d'Heusden-Zolder. Enfin, le club enregistre une très nette baisse d'affluence à domicile.

En 2006, le président José Allard démissionne de ses fonctions et Gérard Herbigniaux, patron de Sud-Telecom, reprend la présidence. Sébastien Grandjean, ex-entraineur de la Jeunesse Arlonaise prend les commandes de l'équipe. Alors que les nouveaux dirigeants avaient annoncé que l'objectif de la saison était le gain d'une tranche, le résultat final est bien différent. L'Excelsior Virton termine à la 11ème place. Les nombreux transferts faits dans l'urgence à l'entre-saison ont été, pour la plupart, des échecs. Thomas Phibel, en provenance du RC Lens, fut le meilleur transfert de la saison. Malheureusement, il quitte l'Excelsior en janvier 2007 pour le Standard de Liège. Les retours (début 2007) de Manu Coquelet et Philippe Emond laissent espérer un futur plus stable. Une page se tourne avec la fermeture de www.revirton.com, le site de supporters jusqu'alors le plus fréquenté. Une nouvelle équipe prend le relais et le site devient www.lexcel.be en espérant autant de succès que son prédécesseur.

Lors de la saison 2007-2008, le championnat commence avec l'affaire entre l'Union belge, l'UR Namur et le KFCV Geel. Finalement, le championnat se déroule à 19 clubs. L'équipe virtonaise est très robuste, des joueurs comme Anthony Bartholome et le "basketteur" Moussa Koita apportent un plus indéniable; l'équipe est l'une des plus belles équipes que l'on ait connu au Faubourg. Sébastien Grandjean arrive à lier la sauce entre les nouveaux et les anciens en intégrant quelques jeunes dont le jeune David Schoumaker qui est vite devenu le "chouchou" du public. Les Verts terminent la saison avec un bilan historique jamais atteint, 6ème avec 56 points.

La tribune F est aussi au centre des débats : inaccessible parce que déclarée insalubre, la tribune est restée interdite aux supporters toute la saison. La rénovation de la tribune qui devait être terminée pour le premier juillet ne sera terminée que dans le courant du mois de septembre 2008: la "saga tribune F" a alimenté les discussions pendant toute la saison : soumission des travaux, plans, retards, partage du stade.

La préparation de la saison 2008-2009 est idéale, le club décide de faire son stage estivale dans les superbes installations de Vittel. Après le premier match contre Waasland, c'est le choc, Anthony Bartholome décide de se lier pour 2 ans au KV Kortrijk (Courtrai), néo-promu en D1.

En plus de ce départ qui marque tous les esprits, le début de saison voit un assez grand nombre de blessés comme Moussa Koita, Bareck Bendaha, David Schoumaker et Gérald Brolet. Le démarrage est difficile, la nouvelle tribune se fait attendre, Virton se fait éliminer en coupe de Belgique par OHL aux tirs au but et les premières défaites tombent. Fin août, Virton s'assure les services du défenseur Maël Lepicier qui fera une très bonne saison récompensée par le Soulier Vert.

En octobre Sébastien Grandjean débute les cours de "licence pro", mais c'est aussi en octobre que Virton prendra sa plus lourde défaite à Ostende 7-2. De blessure en blessure, le coach devra même faire jouer son quatrième gardien Julien Hurbain. Virton rate toute une série de matches "faciles" pour parvenir à prendre des points chez les leaders du classement. Les Verts terminent la saison barragistes avec Hamme et l'Olympic de Charleroi, tandis que Deinze et Namur descendent en division 3. Au match aller du premier tour des barrages, Virton l'emporte à domicile 2-1 face à une formation de D3, Woluwe-Zaventem. Au match retour Virton mène longtemps 0-1 pour être finalement battu 3-1. L'Excelsior descend en D3, c'est l'incompréhension chez les supporters et Sébastien Grandjean remet alors sa démission.

Retour en Division 3

Après 8 années passées en D2, l'Excelsior retourne en D3 pour la saison 2009-2010. Cette descente a bouleversé le noyau, une partie des titulaires sont partis tenter leur chance ailleurs, mais les supporters espèrent renouer rapidement avec la victoire, surtout après l'annonce du nouveau coach, Michel Leflochmoan, qui revient au club, à la maison, 8 ans après l'avoir conduit en deuxième division.

Le club se qualifie pour la seconde fois de son histoire pour les 16èmes de finale de la Coupe de Belgique.

Si la coupe de Belgique a bien réussi lors de cette saison, le début de championnat est catastrophique. Les hommes de Michel Leflochmoan ne trouvent pas leurs marques et perdent leurs 7 premiers matches. 0/21 est le bilan de ce début saison. Aussi étrange que cela puisse paraître, Virton remporte son premier match contre le leader (et futur champion), Visé. Ce match est probablement le match référence et le coup de fouet qui va permettre aux Gaumais de sortir du trou. Les recrues de fin de période de transfert donnent enfin de la consistance et poussent certains joueurs récemment transférés vers la porte de sortie. Virton prend des points mais n'arrivent pas à se sortir rapidement de la "zone rouge". Il faut attendre l'avant dernier match contre Diegem (2-2) pour que Virton assure son maintien mathématique.

Cette saison 2009-2010 sera également marquée par la saga Virton-Bleid qui a terni ce qui aurait pu être une belle histoire gaumaise. Les protagonistes en ont décidé autrement. Lors du premier derby communal, le stade est garni de plus de 3000 spectateurs. De cette histoire, nous ne retiendrons que cette assistance.

La saison 2010-2011 commence sous des meilleures auspices. Dès les matches de préparation, on sent que les nouvelles recrues vont apporter un plus. En championnat, après un match inaugural perdu contre le White Star de Woluwé, les hommes de Michel Renquin alignent 9 succès d'affilée et remportent la première tranche, synonyme de tour final. Parallèlement à ce très bon début de campagne en championnat, l'Excelsior s'illustre en coupe de Belgique en éliminant consécutivement Tongres (Promotion), l'Union St Gilloise (D3) et Visé (D2), toujours sur le même score, 3-0!

Virton est arrêté au stade des 16èmes de finale de Coupe de Belgique par le KV Courtrai après un match historique au stade des Eperons d'or. Soutenus par un public virtonais extraordinaire, les Verts font douter les hommes de Vanhaezebrouck après l'ouverture du score par Grégory Molnar. A 10 minutes du terme, l'ancien médian virtonais Karim Belhocine vient crucifier Julien Hurbain pour offrir les prolongations à l'équipe flandrienne. Virton s'incline 2-1. Les Gaumais ont porté très hautes les couleurs du football luxembourgeois en faisant jeu égal avec les pensionnaires de D1.

La saison 2011-2012 de l’Excelsior Virton se termine au second tour du tour final pour l’accession en division 2. A l’aube de cette saison, suite aux départs conjugués de Thomas Meunier (FC Bruges) et Harlem « Bison » Gnohere (Sporting Charleroi), beaucoup d’observateurs auraient signés des 2 mains pour un tel accessit. Malgré cela, la saison 2011-2012 est une déception pour les supporters gaumais. Virton prend des points grâce à une assise défensive très solide avec comme meneur de celle-ci, Petar Bojovic qui, en plus de son titre de meilleur joueur virtonais (soulier vert 2011-2012), empoche le soulier d’or de la province de Luxembourg . Du côté offensif, l’apport de Mory Fallo Keita (Sporting de Charleroi) est un flop (longues blessures et inefficacité devant le but). Les attaquants en place ont du mal à marquer et le spectacle s’en ressent, il manque dans le noyau de Frank Defays, un vrai buteur. Au fil des matches, les travées du stade se vident et les supporters grondent. La saison de Virton s’achève au tour final contre Audenarde qui leur donne une leçon de réalisme. La première saison de Frank Defays en tant que coach peut tout de même être considéré comme une réussite au vu des résultats obtenus.

Le retour des Verts en D2

L'Excelsior Virton remporte le titre de D3B lors de la saison 2012-2013 (A travailler - page de discussion)

Dénominations

  • 13 Avril 1923: Excelsior Football Club Virton
  • 21 Juin 1945: Excelsior Sporting Club Virton
  • 11 Juillet 1951: Royal Excelsior Sporting Club Virton
  • 15 Juin 1995: Royal Excelsior Virton

Couleurs

  • 14 Avril 1922: Vert - Blanc - Noir
  • 1er Juillet 1960: Vert - Blanc - Rouge
  • 1er Juillet 1967: Vert - Blanc
  • 15 Juin 1995: Vert - Blanc - Vert

Logos

Logo officiel Excel.JPG New Logo Virton.jpg

Palmarès

  • Champion de Promotion en 1986
  • Champion de première provinciale en 1996
  • Champion de Division 3 en 2001
  • Champion de Division 3 en 2013
  • Coupe de la Province du Luxembourg: 1948, 1976, 1986, 1988, 1990, 1997, 1998, 2000, 2001, 2003.
  • Coupe de Belgique de football: 16ème de finale en 2002 - 16ème de finale en 2009 - 16ème de finale en 2010.
  • Vainqueur du trophée Pappaert en 2002 avec 18 matches sans défaite.
  • Plus longue série de victoire consécutives en séries nationales: 10 lors de la saison 2010-2011.

Données administratives

Photos

Sources

Outils personnels