Utilisateur:Thorgal

De wiki.lexcel.be

Salut à tous... On vous attend nombreux pour faire que ce projet soit une réussite. On compte sur vous !

Nombre d'édition sur ce wiki: {{#ec:Thorgal}}

Etienne - Thorgal 3 août 2006 à 10:36 (CEST)

Sommaire

Idéee fiche joueur

Logo officiel Excel.JPG Effectif actuel de l'Excelsior Virton Logo officiel Excel.JPG
Leyder | Brolet | Poncin
Gustin | Blaise | Godart | Vandesande | Carmignani | Vitali
Lamonaca | Jacmot | Gbarssin | Bendaha | Detremmerie | Hareau
Koita | Ngasseu | Bendaha | Abou Samb
T1: Sébastien Grandjean
T2:

Genk Virton

Genk Virton - Commentaires

Daerden : " Leur jour de gloire " " Notre victoire est totalement méritée, estime Jos Daerden, l'entraîneur adjoint de Genk. Nous étions nettement plus forts. Pour Virton, c'était leur jour de gloire, la fête du foot. Dommage qu'un homme n'ait pas été à la hauteur ce soir. Quant à Daniel Gomez, c'est un type dangereux, mais je ne me suis concentré que sur notre jeu, je ne peux donc pas le juger. "

Vergossen : " Gomez est une menace permanente " L'entraîneur néerlandais de Genk a été séduit par la prestation de Daniel Gomez : " C'est une menace constante. Il a pourtant eu fort à faire avec la paire Zokora-Seyfo. Malgré cela, il nous a donné du fil à retordre. Il va vite et plonge bien dans les espaces. Le contexte de ce soir était idéal pour lui car il a bénéficié de beaucoup d'espaces. Il peut sans doute évoluer plus haut. Pour en être totalement sûr, il faut voir comment il joue face à une défense renforcée. Nous allons en tout cas continuer à le suivre, comme d'autres "

Bernd Thijs : " Arbitrage scandaleux " Exclu en fin de match, le rouquin de Genk était très remonté contre M. Melotte : " Son arbitrage est scandaleux. Pour le reste, la victoire est indiscutable, le score pouvait être plus haut. On a pris Virton au sérieux et on se qualifie, c'est l'essentiel. "

Fofo : " Dommage ces deux buts " Fofo qui avait passé en mai dernier, durant deux semaines, un test à Genk s'est vu confier la lourde tâche de marquer Sonck individuellement. " Je pense m'en être bien tiré, dit-il. Quelque part, je suis quand même déçu parce qu'il a marqué deux fois sur ses rares occasions. Je suis content d'être dans l'équipe, dans un groupe pareil, avec une telle ambiance. Le plus dur avec Sonck, c'est quand il décroche, sollicite le ballon et repart en croisant. Je ne suis pas habitué à des matches de ce niveau, je suis avide d'apprendre pendant ce championnat et j'espère que ça m'ouvrira des portes. Tout ce que j'ai à faire pour l'heure, c'est me donner à fond jusqu'en fin de saison. "

Favier : " Pas de regrets " Le défenseur virtonais ne conteste nullement le verdict du Fenixstadion. " On ne doit rien regretter. Sur l'occasion de Daniel, le gardien sort le grand jeu. Il y a une différence de division entre les deux équipes. Sur le premier but, je pensais que le ballon allait sortir mais il est allé heurter le piquet de corner. Mes équipiers ont bien tenté de m'alerter, mais avec l'ambiance qui régnait, je n'ai rien entendu. Je préfère que ça arrive ici plutôt qu'en championnat. "

Il est vrai que le Français a connu une situation un peu semblable contre Eupen, laissant Chauveheid récupérer un ballon qu'il voyait sortir.

Culianez : professionnalisme " La différence de niveau, elle se constate aussi dans leur professionnalisme, ote Johann Culianez, le boute-en-train des Verts. Dès qu'on siffle une faute contre eux, ils s'emparent du ballon et le gardent aussi longtemps qu'il le faut pour se replacer. "

Mouny : sacré duo L'Auxerrois a été impressionné par le tandem Thijs-Skoko : " Ils forment un sacré duo. Ils se trouvent les yeux fermés et l'Australien ne perd pas une balle. "

Mukengé : grosse déception Comme Elabar et comme beaucoup de joueurs de l'équipe réserve, Remy Mukengé a accompagné ses équipiers à Genk. Suspendu pour avoir reçu une carte rouge sévère au tour précédent, il ne pouvait masquer sa déception : " C'est surtout en arrivant au stade que ça m'a fait mal. Ce décor, cette ambiance, il y a de quoi nourrir des regrets. "

Elabar supporter " J'ai fait mon deuil de ce match quand j'ai été victime d'une contracture, confiait Abdel Elabar qui, pour l'ensemble de son parcours à Virton, aurait largement mérité cette consécration. J'ai eu le temps de me faire à l'idée que je ne jouerais pas et je suis venu ici avec un mental de supporter plutôt. Je n'imaginais quand même pas que le kop virtonais serait aussi fourni. Ça et le fait qu'ils restent aussi longtemps après le match, c'est exceptionnel. "

Gustin : respect " Quelle ambiance exceptionnelle, répétait Gustin, heureux comme un gosse de se trouver là. Genk a mérité son succès, mais on a offert une bonne réplique. À la réflexion, on a peut-être fait preuve d'un peu trop de respect vis-à-vis de nos adversaires. "

Brandès : regrets " Des regrets ? Oui, j'en ai, répondait Fabien Brandès. Parce que, si Genk a dominé et mérité sa victoire, les buts auraient pu être évités. Ça s'est joué à peu de chose sur ces actions. Mais je retiens surtout ce public extraordinaire. "

Genk Virton - Escartefigue

Dans la cour des grands Samedi soir, je me suis fait flasher par mes souvenirs en passant devant la sortie d'autoroute de Manhay. Il y a une décennie, lors de la campagne en provinciale, je m'étais embarqué un dimanche après-midi pour Manhay. Journée brouillardeuse et routes humides comme samedi dernier. Devant une poignée de fidèles (quinze ?), Virton l'avait emporté. L'accueil des visiteurs avait été convivial, le match plaisant, nous avions pris l'air de l'Ardenne. Le retour s'était déroulé tranquille sur la E25, trois voitures à tout casser, Virton filait tout droit vers le titre en P1. Bref, nous étions des gens heureux. Ce dimanche-là, j'étais à cent mille lieues de m'imaginer qu'un jour, nous referions une partie du chemin en revenant de Genk. Qui d'ailleurs l'aurait pu. Personne. Pas même la voyante de TV Lux, au demeurant charmante, qui, à l'époque, jouait encore à la poupée. Et pourtant. Dix ans pour passer de la P1 à la D2, dix ans pour passer de l'enceinte champêtre mais néanmoins sympathique de Manhay au monstre de stade qu'est le Fénix, dix ans pour passer de quinze supporters très calmes à presque trois mille fans bigarrés en folie, dix ans pour passer d'une E 25 quasi déserte à une E 25 virtonaise où le jeu des petits et des grands consistait à compter les bus. Nous avions comme objectif de nous faire plaisir. Réussite totale. Le coeur et l'envie de bien faire étaient présents chez les nôtres et l'essentiel est bien là. Daniel Gomez s'est retrouvé face à Jan Moons comme j'en avais rêvé précédemment (si TV Lux a besoin d'un voyant je suis partant) et il l'a mystifié. Moment inoubliable. Égalisation face à Genk. C'est du délire dans les tribunes et tant que nous y sommes, restons-y. Nous fûmes les meilleurs à ce niveau-là. C'était du jamais vu et du jamais entendu. Ce chaud public a sonné la charge pendant nonante minutes puis il y eut ces instants magiques. Trente minutes de parfaite communion entre supporters et joueurs. Ces derniers, à défaut de nous avoir offert la queue et les oreilles du Fénix nous auront offert une tranche de bonheur total. Je n'oublierai pas non plus, de-ci, de-là, le regard de certains visités, sidérés par tant de liesse pour une dé..fête. Aujourd'hui, nous sommes des gens très heureux. Tant que je suis dans mes souvenirs, j'y reste. Il y a près de 20 ans, deux gamins jouaient dans la cour de l'école de Ruette. Le maître d'école que je suis a, en de maintes occasions, eu le devoir de rédiger le bulletin scolaire de Jérémy Jacob et Steve Gustin. Vingt ans après, alors qu'ils sont passés de la cour de l'école à la cour des grands, j'ai envie de leur en décerner un de plus, juste pour me faire plaisir. Permettez-moi donc, mes gamins d'alors, ces quelques mots : " Que de chemin parcouru depuis ces récréations endiablées pendant lesquelles mes jambes de vingt ans ne suffisaient déjà plus à contenir votre fougue. Je vous ai retrouvés pareils, le physique et la technique en plus. Nul doute qu'avec la foi et l'ardeur que vous y mettez, le meilleur reste à venir. Je suis fier de vous et je ne dois pas être le seul. "

Escartefigue, le Marseillais du Faubourg d'Arival

L'Avenir du Luxembourg, 19/11/2002, page 27: L'anglais de Hug, le flamand du coach

Elabar, comme Mukengé et quelques joueurs de l'équipe B, a effectué le déplacement à Genk avec les titulaires virtonais. Impressions.

PLUS DE SEPT ANS déjà qu'il a rejoint l'Excelsior en provenance de Tilleur. Sept ans de fidélité et voilà qu'il rate le rendez-vous à ne pas manquer. Blessé, Abdel Elabar ne voulait toutefois manquer une bribe de cette soirée qui s'annonçait particulièrement chaude. Parti de Virton en compagnie de ses équipiers, il a suivi pas à pas la préparation de ces derniers.

" Nous avons quitté la capitale gaumaise à 13 h, narre-t-il. J'ai rapidement remarqué que notre délégué Stéphane Graczyk était plus nerveux qu'à l'accoutumée, attentif au moindre détail, toujours sur le qui-vive. "

D'autres détails indiquaient déjà que ce ne serait pas une journée comme les autres. " À l'arrêt à Étalle, les joueurs attendaient impatiemment le car, d'habitude, ils sont plus dispersés, poursuit Elabar. Steve Gustin me paraissait déjà fort concentré lui aussi, collé à son siège, recevant nombre d'appels sur son GSM. Gaël Hug répétait qu'il était très détendu, mais en fait, il me paraissait excité comme une puce. À Longlier, les joueurs venant de Sedan nous ont rejoints et on a senti que le voyage débutait vraiment. Jusque-là, la présence de la caméra de TV Lux dans le car a retenu l'attention. Le plus cool ? Mario Machado pour qui ça semblait être un match comme un autre et les joueurs de l'équipe B évidemment plus insouciants. "

Après un arrêt à Ans pour embarquer Pedro Gomez, après la diffusion du film " Les collègues " tourné à Marseille pour le plus grand bonheur de Gaël Hug , les Virtonais sont arrivés à Viversel (15 km de Genk) peu avant 16 heures, pour la collation d'avant-match. Au menu : thé, café et toasts variés.

" Un peu de lecture ensuite, une petite promenade et on a senti alors que tout le groupe entrait véritablement dans son match, précise le Marocain. Pour l'anecdote, à 16 h 50, j'ai rompu le jeûne, j'ai bu une tasse de café (c'est actuellement la période du Ramadan chez les Musulmans). Nous sommes arrivés au stade à 17 h 40. Au même moment, le lecteur CD du bus diffusait une version live de "We will rock you ", de Queen. Ça a fait une impression bizarre, je crois que certains ont ressenti quelques frissons à ce moment. Gaël Hug, lui, reprenait le refrain dans un anglais bien à lui ! Quelques supporters nous attendaient. L'accueil, l'organisation dans le stade, c'était impressionnant. C'est un sentiment d'admiration qui prévalait alors, sauf pour l'état de la pelouse, pas terrible. C'est en pénétrant dans l'enceinte que Remy Mukengé a véritablement eu les boules en pensant à sa suspension. Nicolas Derhet, lui, était carrément sur le c... devant tant de splendeur. Nous n'avons pas croisé de joueurs adverses à ce moment-là, j'ai juste entr'aperçu Thijs et Vandenbergh. "

Silence religieux Vint alors l'heure de la théorie, à laquelle ont exceptionnellement participé tous les joueurs du noyau qui étaient présents. " Dans un silence religieux, explique Elabar. Même ceux qui ne jouaient pas étaient hyper-attentifs, épiant les moindres faits et gestes de leurs partenaires. Seul Benoît Dupont, l'un des kinés, a détendu l'atmosphère en corrigeant le coach quant à la prononciation des noms adverses. (NDLR : lisez Tisse pour Thijs). "

Suivit l'échauffement, l'attente dans le couloir avant le match où l'on se garde de fixer ses adversaires, la bonne réplique virtonaise face aux champions de Belgique puis cette fête improvisée avant le départ, au delà de minuit.

" Exceptionnelle, cette fête, répète Elabar. Certains ont noté au passage tout le travail des neuf jardiniers qui, dès le coup de sifflet final, remettent la pelouse en état. Nous avons regagné Virton vers 3 h. Dans le bus, Jérémy Jacob a offert un verre pour sa première sélection. Fofo a voulu l'imiter pour sa première titularisation, mais il n'y avait plus assez de boissons. Hormis nos deux kinés, particulièrement sollicités, peu ont dormi. Un match comme ça, on le rejoue maintes fois dans sa tête avant de trouver le sommeil ".


TEST

Modèle:Foot résultat début Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat Modèle:Foot résultat fin

  • Fft= forfait, score de forfait infligé à l'Olympic Charleroi, en raison de l'interdiction de toutes activités sportives sanctionnant ce club à partir du 29/09/2011.
  • Rencontres remises
    • 17 décembre 2011 : « R. Excelsior Virton-R. JS Heppignies-Lamb.Fl. » (météo), jouée le 7 janvier 2012.
    • 18 décembre 2011 : « R. CS Verviers-KM SK Deinze » (météo), jouée le 8 janvier 2012.
Outils personnels